Histoire

Qui l’a fondé

Claude Charles Rochechouart de Chandenier, 86ème abbé de l’Abbaye Royale et Madame Jeanne Vernot, épouse de Messire Claude Angely .

Un groupe de dames de Moutiers, à travers la création de la Confrérie de la Charité (1656), se met en devoir d’assister les pauvres malades, obtient pour ce faire deux sœurs de la Charité de Saint Lazare qui sont logées chez la dame ANGELY et visitent les malades dans le village et aux environs ; à partir de 1680, au plus tard, certains malades sont hébergées dans la maison de madame ANGELY et l’hôpital commence à exister.

En 1655, Claude Charles de Rochechouart est nommé abbé commendataire de Moutiers Saint Jean peu après sa prise de fonction à Moutiers (bulle du 7 décembre 1655). Très proche de Vincent de Paul et ayant rapidement reconnu les difficultés et les fatigues que ces soeurs éprouvaient à visiter les malades, il songea à fonder un véritable hôpital. Il fut fortifié dans ses intentions par l’aide que lui apporta Jean Coeurderoy.

Les étapes de la création de l’hôpital

Le 17 décembre 1679, les bourgeois de Moutiers consentent à l’établissement de l’hôpital dans ce lieu.

Le 4 septembre 1680, MARLIN, notaire royal à Moutier enregistre le contrat d’une donation de 10 000 francs par l’abbé de Moutier et d’une maison avec cour, jardin, colombier et grange sise à Moutier, dans le bourg, par Damoiselle Jeanne VERNOT pour l’établissement d’un hôpital .

Le 3 février 1681 sont publiées les lettres patentes de Louis XIV, accordant un certain nombre de privilèges à l’établissement. Le 1er mars 1681 l’évêque de Langres Louis Marie Arnaud de Simiane de Condé donne son consentement à la création de l’hôpital pour le soulagement des pauvres.

Les bâtiments comportant salles des malades et quelques annexes sont très vite construits. Le 4 juin 1691, bénédiction de l’hôpital saint Sauveur et bénédiction de l’image posée au frontispice de la grande porte et célébration de la première messe dans la chapelle. Le 4 octobre 1706 le traité passé entre l’Abbé et la communauté des Filles de la Charité précise les droits, devoirs et obligations des quatre sœurs de la Charité affectées à l’hôpital.

Le 30 avril 1707 se tient sous la présidence de l’abbé Rochechouart la première assemblée des administrateurs de l’hôpital Saint Sauveur. Après 1710, le Conseil d’Administration poursuit son œuvre jusqu’à la Révolution.

Claude Charles Rochechouart de Chandenier

Claude Charles de ROCHECHOUART de CHANDENIER, né vers 1620 et mort à Moutiers le 18 mai 1710. est le dixième enfant de Jean Louis, baron de CHANDENIER et de Louise de MONTBERON ; sa grand mère paternelle, Marie Sylvie de LA ROCHEFOUCAULT est la sœur du Cardinal François de la ROCHEFOUCAULT. Après des études à Clermont, il reçoit les ordres mineurs et devient diacre, mais refusera toujours d’accéder à la prêtrise ; malgré cela il est nommé, en 1640, abbé commendataire de l’abbaye de Tilly dans l’Indre, à la suite de son frère Louis. Il succède aussi à ce dernier comme abbé de Moutier Saint Jean en 1655 et Vincent de PAULE, se félicite que « notre Saint-Père le Pape n'oblige pas Monsieur l'abbé de Moutier Saint Jean de se faire prêtre ». Il réside le plus souvent à Paris, mais à partir de 1680, il semble que Claude Charles de CHANDENIER soit beaucoup plus présent à Moutiers où il s’occupe de construire l’hôpital et contribue à la remise en état des bâtiments de l’abbaye du village.

Madame Jeanne Vernot

Née à Moutiers, le 22 février 1610, est fille de Claude et de Catherine Dunau. Cette famille appartient à la petite noblesse, son père est seigneur de Jeux et greffier aux terres de Moutiers. Elle épouse à Moutiers le 28 novembre 1635, Claude Angely, praticien, désigné comme marchand en 1647. Elle est élue supérieure de la Confrérie de la Charité crée à Moutiers, le 6 juin 1656. Elle meurt à Moutiers le 21 décembre 1697, âgée de 87 ans.

Le fonctionnement de l’hôpital

Les sœurs de la Charité de Saint Vincent de Paul sont à Moutiers depuis les origines.

Sous la direction de la sœur supérieure, elles assurent le fonctionnement de l’hôpital au jour le jour : soins aux malades, nourriture et entretien des malades et des locaux, règlement des menues dépenses qui leur sont remboursées sur présentation d’un mémoire ; à partir d’une certaine époque, un intendant, choisi parmi les administrateurs ou indépendant vient conforter le dispositif. Les administrateurs se réunissent périodiquement et à cette occasion règlent les mémoires des fournisseurs, engagent les employés (jardinier, médecin, …), gèrent les biens mobiliers et immobiliers qu’ils achètent, vendent, échangent et décident des travaux (Registre …). Certains administrateurs vivent à Moutiers ou dans des endroits proches ; ils peuvent donc réagir très vite et leur gestion et leur contrôle s’effectuent au jour le jour sans que cela nécessite une réunion formelle.

Découvrir, faire connaître et sauvegarder un patrimoine exceptionnel. Hôpital Saint-Sauveurdu XVIIème, apothicairerie, jardins. Un monument historique et culturel en Bourgogne.